MONTRÉAL PREMIÈRE

MONTRÉAL PREM1ÈRE

un entraînement augmente la plasticité du cerveau dans la maladie d’Alzheimer.

Les études innovatrices de Dre Sylvie Belleville, de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, montrent que la plasticité du cerveau peut être stimulée pour affronter les premiers signes de la maladie d’Alzheimer. Elle et son équipe ont développé une méthode d’entraînement neuropsychologique unique au monde qui permet de réduire les pertes de mémoire liées à cette maladie. Les personnes ayant suivi cette méthode, basée sur des moyens mnémotechniques, ont amélioré leur mémoire de 33 % après l’entraînement. Ces travaux, publiés dans la prestigieuse revue Brain, montrent que le programme d’entraînement accroît la plasticité cérébrale : par des méthodes de neuro-imagerie chez des patients avec trouble cognitif léger (phase précédant le diagnostic d’Alzheimer), cette équipe a mis en lumière qu’il est non seulement possible de réactiver des régions du cerveau atteintes lors de tâches impliquant la mémoire, mais aussi d’en activer de nouvelles qui prendront la relève de celles qui sont affectées. Ce regain surprenant d’activité cérébrale expliquerait l’amélioration de la performance mnémonique de ces patients. Les travaux de Dre Belleville montrent ainsi que le cerveau peut se réorganiser pour contrer la maladie d’Alzheimer. Ils ouvrent la voie au développement d’approches plus efficaces, permettant d’améliorer la mémoire et la période d’autonomie chez les personnes à risque.

<< RETOUR À L'ACCUEIL